ACTE II, SCENE 3

Pendant toute cette scène, Paul et Jeanne gardent un calme parfait. Ils parlent d'un ton égal et à mi voix . A aucun moment ils ne lèvent le ton ou font montre d'un quelconque énervement ou impatience.

 


Paul et Jeanne entrent dans la cours de récréation de l'école. Des enfants jouent. Sur un banc, la maîtresse bavarde avec un autre enseignant. Elle ignore superbement Paul et Jeanne. Enfin, elle se lève, appelle les enfants et leur enjoint d'entrer en classe.

 

JACQUELINE

Bonjour Monsieur. Madame, je vous ai vue tout à l'heure...

Entrez.

Elle entre dans la classe où les élèves s'apprêtent à faire leurs devoirs. Paul et Jeanne hésitent, puis entrent et prennent les chaises au fond de la classe que leur indique Jacqueline. Il règne dans la classe  désordre et bouhaha. Les enfants se lèvent, demandent des permissions, parlent entre eux.

 

JACQUELINE

Je vous ai fait venir parce que j'ai des soucis avec Sophie. Elle est très désorganisée, ses affaires sont en désordre. Par contre elle lit très bien.Elle ne peut pas travailler correctement dans ces conditions.Puis elle est arrivée au moment le plus mauvais, j'étais en pleines évaluations avec les autres. Bon, ses évaluations elle les a faites, mais je ne les ai pas notées,c'est pour cela que vous n'avez pas encore de notes pour elle, par contre je noterai les prochaines. On voit bien qu'elle n'a pas acquis d'habitudes de vie en collectivité. Elle n'avait jamais été à l'école avant, c'est ça ? . (Jeanne hoche la tête en signe d'assentiment) Mais tenez, regardez (elle prend un cahier recouvert d'un protège cahier violet) Elle a mis deux mois à s'apercevoir qu'il lui manquait un cahier, résultat, aucune trace écrite de son travail, ce n'est pas possible, ça. Il aurait fallu qu'elle ait toutes ses fournitures quand elle est rentrée. Et là ,(elle ouvre une chemise dans laquelle sont rangées des feuilles),elle a mis une poésie, de l'anglais, ça devrait être avec les affaires d'anglais, ça c'est un exposé sur les éléphants, mais tiens, ce n'est pas elle qui l'a fait, ça, vous reconnaissez son écriture ? (Jeanne fait non de la tête)  je ne sais pas ce que ça fait là. Ca, c'est les recherche de grammaire que je leur avait données à faire sur internet. Bon elle l'a fait, c'est déjà ça. Ca c'est des évaluations, pas corrigées, je ne sais pas de quand ça date.

 

JEANNE

Elles datent d'avant les vacances, vous lui aviez demandé de les faire à la maison parce qu'ayant été malade, elle n'avait pas pu les faire  à l'école.

 

JACQUELINE

Peut être, mais, elle aurait dû me les rendre.

 

JEANNE

Elle n'a peut être pas compris qu'il fallait vous les rendre, ne les ayant pas faites en classe...

 

JACQUELINE

Mais elle aurait dû le savoir ! Tous les matins, ils le savent les autres, c'est toujours pareil, les CM2 font un exercice de français pendant que je fais le cours au CM1 et avant cela ils doivent m'apporter ce qu'ils ont à me rendre. Vous voyez, tout est en désordre, rien n'est fait comme il faut.

 

JEANNE

Elle a beaucoup plus de classeurs et de cahiers qu'elle n'en avait à la maison, il est possible qu'elle se sente un peu perdue parmi tous ces supports.

 

JACQUELINE

Mais les autres y arrivent. Je leur demande des classeurs justement pour que leurs supports puissent être bien rangés.Il faut qu'ils aient une trace écrite. Une année, j'ai fait avec des cahiers, parce que l'inspecteur me l'avait demandé, ça a été une année terrible. J'en ai gardé un qu'une élève a oublié en fin d'année (elle prend sur une étagère un cahier dont elle sort une liasse de papiers de tous ordres et de toutes tailles) Bon ça c'est à moi,mais, regardez, là, on a été tout le temps obligé de rajouter des feuilles intercalaires, on était toute l'année avec le scotch. Je l'ai fait une année pour leur montrer que j'avais essayé  et puis je suis revenue au classeur. Et encore, ce que vous voyez c'était le cahier d'une élève soigneuse, qui se débrouillait bien, mais je vous laisse imaginer pour les autres.  Et puis elle ne demande jamais rien.

 

JEANNE

Elle n'a peut être pas conscience d'être perdue, si elle l'est tant que ça. Et puis, je crois qu'elle vous craint beaucoup et qu'elle n'ose pas. elle a peur de déranger. Tenez, je me suis aperçue cette semaine qu'en grammaire, elle avait du mal à suivre parce que vous employez des abréviations. Elle m'a parlé de G. N. , hors elle n'avait jamais entendu les termes de groupe nominal...

 

JACQUELINE

Ça elle aurait dû le savoir !

 

JEANNE

Elle sait parfaitement analyser un nom. C'est juste une question de vocabulaire. Il ne m'a pas fallu longtemps pour lui expliquer.

 

JACQUELINE

 Non, groupe nominal à son niveau on sait ce que c'est, on commence à le voir en CE1... Et puis ça ne justifie pas tout. Il faut que ça change. Il faut qu'elle range ses affaires au bon endroit. Je l'ai mise avec les élèves là devant qui sont un peu lentes, pour qu'elle suive bien ce qu'elles font.Mais elle est complètement perdue, en math aussi. Bon cette semaine elle était pas là, mais les autres ont travaillé les fractions, d'ailleurs Elise et Victoria étaient  ont eu beaucoup de mal, mais les autres ont réussi et je leur ai donné d'autres exercices à faire en plus. Je suis comme ça moi,je m'adapte, quand un élève marche bien je lui en fait faire plus. Mais là, qu'est ce que vous voulez...

 

PAUL

Mais comment a-t-elle été accueillie ?

 

JACQUELINE

Comment, mais je ne sais pas !  Je ne comprend pas votre question .

 

PAUL

Oui, quand elle est arrivée, comment ça s'est passé ?

 

JACQUELINE

Ben normalement. Je ne comprends pas.

 

PAUL

Il me semble que je parle français, pourtant...

 

JACQUELINE

Enfin, quoi qu'il en soit, je vais surveiller Sophie de près. Et vous, je voudrais que vous la fassiez travailler le soir parce que ce n'est pas ça.

 

JEANNE

Attendez. Depuis tout à l'heure vous nous parlez d'un problème d'organisation et maintenant, vous me dites qu'elle ne travaille pas ?

 

JACQUELINE

Ah non hein ! Si vous commencez à m'attaquer, là ça ne va pas.

 

PAUL

Je ne vois pas où vous voyez une attaque dans cette question, nous venons ici pour parler de notre fille et nous souhaitons savoir...

 

JACQUELINE (l'interrompant)

Quoi qu'il en soit, il faut que ça change.

 

PAUL

Laissez moi parler s'il vous plaît, je vous ai laissé parler jusqu'ici, alors maintenant, laissez moi m'expliquer.

Vous savez, j'ai l'impression qu'il y a maldonne avec Sophie, vous êtes en train de lui apprendre à nager le 50m nage libre alors qu'elle cherche le vestiaire...

 

JACQUELINE

Mais je ne lui apprends pas à nager du tout ! Qu'est-ce que...

 

PAUL

C'est une image Madame.

(Ici, Jeanne tend à paul un papier qu'elle avait gardé en main jusque là )

 

JACQUELINE

Si vous prenez des images maintenant ! Il va falloir cesser de me parler sur ce ton.

Enfin, ce que je peux vous dire c'est qu'en juin, il y a les évaluations nationales, et si je n'en suis pas contente, je m'opposerai à son passage en sixième !

 

JEANNE

Mais... les évaluations portent sur la capacité de l'enfant à s'organiser ou sur ses connaissances  ?

 

JACQUELINE

Je ne sais pas, mais vous allez cesser de me parler sur ce ton. C'est absolument, inadmissible, vraiment, je n'en peux plus. Non, je ne veux plus parler avec vous ce soir. Je mets fin à cet entretien. Je vous reverrai avec la directrice maintenant. Vraiment ce ton est insupportable.

 

PAUL

Vous permettez que je vous pose juste une question ?

 

JACQUELINE

Non ! je ne veux plus rien entendre. Je mets fin à l'entretien !

 

PAUL

 Parce que vous appelez ça un entretien ?

 

JACQUELINE

Non monsieur, je ne vous écoute plus, c'est terminé  !

Elle leur tourne le dos. Paul et Jeanne se lèvent et remettent leurs chaises à leur place.


PAUL

Bien madame, je vous remercie pour cette entrevue. Je pense qu'effectivement, il est nécessaire que nous nous expliquions en présence de la directrice. Au revoir madame.

 

Paul et Jeanne quittent la classe.